1. Afficher les commentaires

  2. Le témoignage du Pr Jean-Louis Caccomo, interné de force pendant 2 ans sur demande du président de son université

    Le témoignage du Pr Jean-Louis Caccomo, interné de force pendant 2 ans sur demande du président de son université: Jean-Louis Caccomo, économiste, universitaire, auteur de 70 articles dans des revues universitaires à comité de lecture, et de plusieurs ouvrages dont Le modèle français dans l’impasse, aux éditions Tatamis (2013), a été interné de force en hôpital psychiatrique pendant deux …

    Afficher les commentaires

  3. Quel avenir pour l'université française ? - vidéo Dailymotion

    Quel avenir pour l'université française ? - vidéo Dailymotion

    Afficher les commentaires

  4. Afficher les commentaires

  5. Afficher les commentaires

  6. Caccomo-dream - vidéo Dailymotion

    Caccomo-dream - vidéo Dailymotion

    Afficher les commentaires

  7. La symphonie n° 9 dirigée par Giovanni Luigi Di Caccomo - vidéo Dailymotion

    La symphonie n° 9 dirigée par Giovanni Luigi Di Caccomo - vidéo Dailymotion

    Afficher les commentaires

  8. Mesdames (puisque l’on ne peut plus dire "mademoiselle" au risque de passer pour un dragueur obsédé), de grâce, avant de traiter les hommes de tous les noms d’oiseaux (quand vous avez du vocabulaire), posez-vous cette simple question : pourquoi, passé la cinquantaine, la plupart des hommes ne veulent plus refaire leur vie et prennent la tangente dès qu’on leur parle du « couple » ? Ou alors, comme lorsqu’ils cherchent une opportunité de carrière à la hauteur de leurs attentes – parce que je le vaux bien -, ils quittent un occident dégradé, pourri, sans morale et sans éthique, sans éducation et sans respect, où les mères enlèvent les enfants aux pères, où les enfants sont prêts à faire interner le papa encombrant… mais riche. Pour la plupart des hommes, le couple a signifié la prison et la mort lente, rongés par les obligations de toute sorte. Regardez une grande surface : l’homme pousse docilement le caddie mais n’a rien à dire sur le choix des produits : la femme choisit et l’homme tend la carte de crédit ; il ne peut plus tendre que cela tellement, à force d’être infantilisé, il en a perdu même sa virilité. Et regardez seulement comment les hommes sont mis en scène dans les publicités : c'est dégradant au possible mais le pire est qu'aucun homme ne réagit. On s'habitue à la laisse... On a qu’une vie, mais vous donnez la vie et l’autre, la femme, vous la prend littéralement et il n’en reste plus rien : alors, à la fin de votre vie active, on vous place dans un hospice, jugé irresponsable, mis sous tutelle, histoire d’accélérer la transmission du patrimoine que vous avez accumulé à la sueur de votre énergie épuisée pour le confort des autres. Quand on veut se débarrasser du chien, on dit qu’il a la rage : et précisément, elles ont fait de nous des toutous obéissants, des animaux de compagnie dociles qui remuent la queue sur ordre, quand madame n’a pas la migraine. Mais "l’enfer, c’est les autres" disait Sartre, et elles vont faire de votre vie, un enfer. "Si tu laisses quelqu'un prendre en main ton destin, c’est la fin" chantait Jean-Louis Aubert. Au nom de la parité et de l’égalité des sexes, l’homme a laissé sa femme prendre en main son destin. Si par malheur, dans un instant fugace de lucidité, rattrapé par des millénaires d’instincts de survie qu’aucune culture ne pourra effacer au risque de suicider la civilisation, il viendrait à l’esprit à l’homme de redevenir un Homme, un "mâle dominant", alors qu’il soit jugé, soigné, placé et mis sous tutelle, évidemment par des banquières, des avocates, des juges pour enfants femmes, et des infirmières qui les traiteront comme des petits garçons demeurés. (La psychologue, du haut de son master psy, m'a bien fait passé des tests de QI durant mon internement et les infirmières m'ont fait faire du coloriage...) J’enseigne depuis plus de 20 ans à l’université et j’ai donné le biberon à mes fils, je les ai même mis au monde avec le médecin : aujourd’hui, ils sont dans le supérieur, désorientés et à côté de leurs pompes à l’image de cette génération qui illustre les dégâts de l’enfant-roi. Mais leur mère ne m'a même pas consulté pour leur orientation post-bac : à 18 ans, de mon côté, j'ai quitté mes parents pour choisir mes études et je suis devenu, dans la douleur, un homme... personne ne me l'a pardonné ; mais je n'ai rien demandé à personne... L'enfant-roi, on voit ce que cela donne : des étudiants qui font des procès aux professeurs parce qu'ils ne supportent pas d'avoir des mauvaises notes. Ne cherchez pas plus loin les vrais raisons de notre déclin économique. Les femmes, les mères, tantes ou grand-mère vont s’extasier devant leur enfant-roi, persuadées d'avoir mis au monde un "génie", en en faisant cependant un tanguy au crochet de la société, jamais économiquement majeur et responsable, totalement inculte (il n'aura jamais ouvert un livre car ces dames l'ont placé devant les jeux, la télé et l'ordi depuis l'enfance) comme la femme qui vit grâce à la « solidarité » : aux hommes de payer les impôts et les pensions à condition de fermer leurs gueules surtout… Kipling avait écrit : « tu sauras un homme mon fils » ; désormais, sa mère en fera une femme… Le Japon a bâti un empire millénaire grâce à l’ordre des Samouraïs, ces "philosophes combattants" dont Bruce Lee a popularisé dans le monde entier les enseignements, et que Lucas a retranscris dans l’Ordre des Jedis de Star Wars. Etrangement, ces samouraïs, qui étaient sans doute les véritables hommes, n’avaient pas le droit de se mettre en couple. Mais cette littérature n'intéresse pas les mères... Ce sont des comtes... pour enfants. Alors, jeunes hommes, permettez-moi de vous mettre en garde : si vous ne réussissez pas dans votre vie professionnelle, les femmes ne vous verront même pas. L’amour, la beauté et l’eau fraîche, c’est le chant des sirènes, mais l’amour, comme la beauté, se fane passe et l’eau fraîche n’éponge que la soif… Mais la femme a beaucoup d’appétit… Mais si vous réussissez, alors attention, elles vont dire qu’elles sont amoureuses de vous et le pire, vous allez les croire !!! Et comme un petit garçon stupide (car l'amour rend con), vous allez tout leur donner, leur passer tout leur caprices, sacrifier vos passions, vos copains (qu'elles vont voir comme une menace), vos rêves de petits garçons pour lesquels elles vous auront admiré, seulement au début. Vous allez vendre votre âme en somme, au nom de l'amour. Vous allez sacrifié votre LIBERTE : le propre de la condition humaine. On nous parle sans arrêt de cette farce des droit de l’homme et du droit des femmes : mais de quel homme s’agit-il ? En France, le pays des droits de l’homme, les animaux sont mieux traiter que les hommes dans les établissements psychiatriques…. Mais il ne faut surtout pas le dire, il faut se taire, se taire, et encore se taire : je croyais naïvement que ce qui nous distinguait du règne animal, c’était la parole, le verbe. Etre, c’est dire. Moi qui ai connu la perte de mes fonctions vocales pendant six mois à cause de l’isolement imposé par l’internement et des médicaments, il se trouve que j’ai expérimenté cela : quand on ne parle plus, c’est que l’on n’est plus personne et tout le monde vous oublie : on n’a cessé d’être un homme pour devenir au choix, un chien, un perroquet ou un mouton.

    Afficher les commentaires


  9. Afficher les commentaires


  10. Afficher les commentaires

Chargement en cours