1. Crime of the century - Supertramp - vidéo Dailymotion

    song 004 - vidéo Dailymotion: Regarder la vidéo «song 004» envoyée par Jean-Louis Caccomo sur dailymotion.

    Afficher les commentaires


  2. Afficher les commentaires


  3. Afficher les commentaires

  4. Je vais vous relater l'histoire de Céleste et Armand qui laisse à méditer. Céleste et Armand forment un couple anodin, gérant d'une épicerie parisienne. Nous sommes le 18 septembre 1012. Armand est un homme triste et soumis, aigri par le sentiment d'une vie ratée, toujours passée au service des autres. Céleste, apparemment effacée devant la clientèle, est la patronne de la boutique et du couple. Mais, Céleste a le cerveau d'une femme diabolique et, lassée de sa routine, elle a imaginé l'impensable... Le 18 septembre 1912, elle va demander à son mari de simuler un accident du travail, lorsqu'il baisserai le rideau de fer de l'épicerie, comme il le fait machinalement tous les soirs depuis des années. Ce soir là, Armand prend l'échelle, il monte rapidement, fait mine de ranger des cartons de marchandises et il se laisse tomber dans le vide. Il pousse des cris horribles pour faire encore plus vrai, ce qui effraie les derniers clients présents dans la boutique : Céleste, j'ai mal ! Je ne peux plus bouger !! C'est la panique général dans le quartier et Céleste appelle un médecin qui, très vite, déclare Armand handicapé. Le 24 décembre 1012, c'est un réveillon bien bizarre : Armand est sur le point de tout avouer, il n'en peut plus de rester fixer sur le fauteuil roulant. Chaque soir, lorsque le rideau est tombé, et que tous les clients sont partis, il s'empresse de bondir de ce maudit fauteuil. Céleste le supplie de continuer à jouer ce rôle qui s'avère si lucratif. En effet, certificat médical à l'appui, la compagnie d'assurance a débloqué 100 000 francs au titre d'accident du travail, de quoi acheter la boutique voisine, pense soudain Céleste. Et ce n'est pas tout... Pris de sympathie, les clients ont afflués en masse et le chiffre d'affaires de l'épicerie s'est envolé. Céleste est aux anges, suppliant son mari de continuer à se prêter au jeu du paralysé malchanceux. En mars 1913, l'épicerie a doublé de surface et les affaires du ménage sont florissantes. Mais, Armand, qui n'en voit pas le bout, est sur le point de craquer : - Je n'en peux plus Céleste ! Je veux marcher ! - Armand, j'ai fait les comptes, nous battons tous nos records de chiffres d'affaires. Mais Armand n'est pas convaincu. Alors, Céleste a une idée terrifiante et ce qu'elle vient d'imaginer, forcée par la situation, est en effet très osé. Nous sommes maintenant le 13 août 1913, dans le train Paris-Lourdes. Car c'est bien l'idée de Céleste : faire croire à un miracle ! Armand jubile : - Tu es géniale Céleste ! Alors, Armand se baigne dans l'eau miraculeuse le 15 aout, jour d'affluence, et... retrouve l'usage de ses jambes "miraculeusement". La supercherie fonctionne totalement. La foule, qui a assisté au "miracle" est frappée de stupeur et la nouvelle se répand comme la foudre. Céleste et son "miraculé" deviennent des célébrités.... et l'argent coule à flot. Ils sont invités par la presse et les personnalités politiques. Le 20 aout 1913, le couple béni, auréolé du miracle et promis à la fortune, se trouve dans le train du retour, faisant déjà des projets pour leur nouvelle vie. Armand propose de rebaptisé l'épicerie "Au miraculé", histoire de doper encore un peu plus les affaires. Les gens sont si superstitieux. Soudain, il se produit un long, un très long coup de frein suivi d'un choc brutal : le Lourdes-Paris vient de percuter un train de marchandises à l'arrêt sur la voie. Il n'y a pas de victimes sauf... Armand, touché aux jambes, par une vitre qui s'est brisée dans le choc. Il est d'urgence transporté à l'hôpital. Affolée, Céleste court aux nouvelles auprès du médecin : -Il vivra ? - Oui mais... - Dites-moi ce qu'il a ! Alors le médecin lâche : - Nous n'avons pas eu le choix, il fallait faire vite, alors nous avons été obligé de l'amputer... des deux jambes. Armand a connu une fin tragique, sombrant dans la dépression tout en maudissant sa femme. Les clients ont peu à peu déserté la boutique maudite et le coupe a dû mettre la clé sous la porte. Céleste est décédée en 1940, quinze ans après son mari. Avant de mourir, rongé par le remord, elle a laissé une confession publique, reprise par tous les journaux de l'époque, où elle dévoile la supercherie du prétendu miracle. En découvrant la vérité, les croyants ont alors dit : - Dieu l'a puni ! tandis que les autres, toutes opinions confondues, ont pensé très fort : - Ils ont bien mérité leur sort...

    Afficher les commentaires

  5. Lettre aux lâches, aux hypocrites, aux idiot(e)s utiles, aux complices et aux moutons qui les croient et dont le silence me tue, à l’attention de madame Saingery dont j’ai accepté la médiation qu’elle a rejeté, à l’attention de madame la Juge qui m’a enlevé la garde alternée de mes fils qu’elle m’avait accordé en octobre 2009, à madame l’avocate de la mère de mes enfants qui défend une personne qui lui cache des faits graves sur ses agissements privés à mon égard : « Ceux qui perçoivent la lumière avant les autres sont condamnés à la poursuivre en dépit des autres ». Christophe Colomb Tribunal de Grande Instance, audience du 12 août 2015, affaire n° 15/01420 : MOTIF DE LA DECISION DE RETRAIT DE LA GARDE ALTERNEE : - Le père des enfants a connu de longues périodes d’hospitalisation (…) et il considère avoir été interné abusivement ; - La mère produit des attestations indiquant en substance qu’elle s’occupe seule des enfants tant au point de vue éducatif que logistique ; - Il convient donc de fixer la résidence au domicile de la mère. - Jason ayant manifestement du plaisir à voir son père, et en l’absence de motif grave, il convient de fixer un droit de visite et d’hébergement par principe libre. - Madame RINALDI perçoit un salaire moyen de 1986 euros et 194 euros d’allocations familiales ; elle paye un loyer de 1088 euros ( !). - Fixe en conséquence le montant de la pension alimentaire, prélevée à la source, due par M. CACCOMO, à la somme de 400 euros par mois par enfant pour TOM et JASON et 200 euros par mois pour ROBIN, soit au total 1000 euros à compter de la présente décision La justice des femmes ne vaut pas mieux que celle des hommes. Madame RINALDI me reproche mon internement contre mon gré, qui m’a coûté trois ans de ma vie, alors qu’elle avait le pouvoir de me sortir de là dès le premier jour. Madame RINALDI me reproche de ne pas m’occuper de mes fils alors qu’elle m’empêche de les voir et leur dit des horreurs sur mon compte. Un policier, comme un chercheur, se pose toujours la question essentielle : à qui profite le crime ? Voilà les faits, avant mon internement contre mon gré : - J’avais refait ma vie en me mariant avec Marine ; - J’avais recomposée une vraie famille avec mes trois fils et la fille de Marine, Jade ; - J’avais obtenu, par décision du JAF octobre 2009, la garde alternée de mes fils sans versement de pension à leur mère avec qui je n’ai jamais été marié ; - J’étais responsable des relations internationales de l’IAE de Perpignan par décision officielle du CA en attendant d’en prendre la direction comme convenu avec le précédent directeur ; - J’étais le responsable pédagogique du master « Banque et Assurance » que j’ai créé en 2000 à l’IAE de Perpignan ; A la sortie de l’internement psychiatrique, le 16 juin 2014 : - J’ai perdu toutes mes responsabilités professionnelles (donnant droit à des primes) et l’intégralité de mes heures supplémentaires en France ; - J’ai perdu Marine, Jade, le respect de mes fils, la garde alternée ; - Un tiers de mon salaire est amputé à la source pour madame Rinaldi qui vit largement au-dessus de ses moyens, mais qui me demande d’en assumer les conséquences ; - J’ai perdu ma libido (castration chimique), mes ongles et mes cheveux (effets secondaires du valium, lithium et xeroquel que l’on m’a administré de force pendant trois ans ; - J’ai perdu l’usage de mes cordes vocales à cause de l’isolement imposé pendant un an. - J’ai perdu mon honneur et ma crédibilité (Atlantico et Contrepoint, pour qui je fus chroniqueur économique pendant des années, ne me publient plus, la plupart des hommes politiques pour qui j’ai travaillé ne me répondent plus, mes fils ne me croient plus…). Autrement dit, j’ai tout perdu mais, finalement, quand on a tout perdu, on n’a plus rien à perdre et, en conséquence, j’ai gagné ce qu’il y a de plus cher au monde, ma liberté. a>

    Afficher les commentaires


  6. Afficher les commentaires

  7. Leçon d'économie pour les nuls : d'où vient la croissance ? - vidéo Dailymotion

    Leçon d'économie pour les nuls : d'où vient la croissance ? - vidéo Dailymotion: Pourquoi la croissance ne reviendra jamais en France ? Jean-Louis Caccomo - Docteur en finances internationales de l'université d'Aix-Marseille - Maître de conférences à l'IAE de Perpignan - Consultant (Organisation Mondiale du Tourisme - Nations-Unies)

    Afficher les commentaires


  8. Afficher les commentaires


  9. Afficher les commentaires

  10. Beau malheur - Emmanuel Moire - vidéo Dailymotion

    Beau malheur - Emmanuel Moire - vidéo Dailymotion: Piano & Chant : Jean-Louis Caccomo (pour beau mâle heure ou beau malheur selon l'humeur).

    Afficher les commentaires

Chargement en cours